Frais, rafraîchi, chambré ?

La température d’un vin est tout à fait essentielle pour en apprécier toutes les subtilités. Ainsi un grand vin trop frais ne livrera pas toute la complexité de son bouquet et un champagne servi à température ambiante se révélera plat et inexpressif.
Ces écarts observés à partir de la qualité intrinsèque des vins, sont dus au comportement de leurs composants qui réagissent différemment à la chaleur et au froid.

La mise en température des vins

Un choc thermique peut déséquilibrer un vin et donc le fermer (blocage des aromes et des saveurs).
Il est recommandé de réchauffer ou de refroidir lentement et prudemment les bouteilles. Les températures recommandées dépendent de la nature même des vins. Voici un aperçu de ce qu’il faut retenir

Vins blancs et rosés

  • Blanc boisé, corsé ou charpenté (Sancerre, chablis) : Légèrement rafraîchi (12 °C)
  • Blanc léger et rosé (sylvaner, muscadet) : Frais (10 °C)
  • Blanc doux (Sauternes, gewurztraminer) : Très frais (6 à 8 °C)
  • Vins pétillants (champagnes, crémants) : Très frais (6 à 8 °C)

Vins rouges

  • Rouge léger (Saumur champigny, Beaujolais) :  Légèrement rafraîchi (12 °C)
  • Rouge corsé ou charpenté (bordeaux, Cotes du Rhône, Sud Ouest) : Chambré (17 à 18 °C)

Chambré ne signifie pas à la température de la pièce mais à celle qui correspondait par le passé à la température d’une chambre, à savoir 17 à 18°.

S’il faut refroidir rapidement une bouteille, ne surtout jamais la mettre au congélateur, vous casseriez le vin ou le champagne. Préférez de la plonger quinze minutes dans de l’eau glacée.

Pour les vins rouges, nous vous déconseillons de placer la bouteille près d’un radiateur pour la réchauffer. On peut verser les vins rouges dans une carafe préalablement rincée à l’eau chaude mais c’est dans le verre qu’ils se réchauffent en douceur (au besoin maintenir quelques minutes le verre entre les mains pour accélérer le réchauffement)